Pollution de l'air: on respire toujours aussi mal à Aix

Publié le par po.salles

 

L'air de la ville est toujours aussi irrespirable. Au sens propre cette fois ci, car les dernières études disponibles confirment que la qualité des mesures effectuées reste problématique pour nombre de ménages de la Communauté du Pays d'Aix. L'organisation Atmo Paca, qui travaille avec la CPA et n'est donc pas susceptible d'être animée par des écologistes intégristes, publie ses conclusions:

 

http://www.atmopaca.org/html/aide_descision_CPA.php#campagnes

 

Il en ressort de manière assez inquiétante que "la population résidentielle susceptible de respirer un air dont les niveaux dépassant la valeur limite annuelle du NO2 [dioxyde d'azote] (40 µg/m3) est estimée à environ 45 000 personnes sur l’ensemble des 34 communes, soit 14 % de la population de la CPA"! Bref plusieurs milliers d'aixois sont chaque année exposés à des concentrations de polluants atmosphériques supérieures aux normes européennes. Cette exposition n'est pas aléatoire. Depuis de nombreuses années, on nous dit qu'une bonne partie de la pollution de l'air à Aix vient de l'Etang de Berre. Cela n'est pas faux, mais largement insuffisant: l'état de l'organisation des transports sur le territoire d'Aix est largement en cause. A travers les cartes élaborées par Atmo Paca, on voit bien que les zones bordant les axes routiers et autoroutiers sont les plus atteintes.  Ce qui touche par conséquent les habitats des milieux populaires qui vivent dans ces espaces. D'où l'idée que je partage depuis longtemps, à savoir que problèmes sociaux et environnementaux sont inextricablement imbriqués, et le constat que les mouvements écologistes ont en revanche malheureusement été incapables de s'implanter dans les milieux populaires. Voilà donc un défi important qui attend le PS.

 

La pollution de l'air aixoise provient donc en priorité des transports, ce qui est confirmé par la fiche ici: 

 

http://www.atmopaca.org/files/et/fiche_aix.pdf

 

On ne peut donc que conclure sur l'urgence pour la CPA de se doter enfin d'un Plan de Déplacement Urbain crédible (le précédent ayant été annulé grâce au recours administratif déposé par notre association ECASE, et l'action opiniâtre de mes amis Cyril Di Méo, Laurent Perallat et Arinna Latz), et d'un Plan Local d'Urbanisme pour la ville d'Aix. Tant que  les pouvoirs publics locaux, la droite municipale, continuera à démissioner de toute volonté de régulation globale des transports et de l'urbanisme, nous continuerons à subir un développement "anarchique" du pays d'Aix. La saturation accrue des axes de déplacement qui en découlera génèrera ainsi de plus en plus de pollution. Il est temps pour les décideurs d'assumer enfin leurs responsabilités!

 

carte aide decision 1

Publié dans Dossiers locaux

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article