Fontaine provençale, je ne boirai pas de ton eau!

Publié le par po.salles

  l-arc---aix.jpg

 

On s'en doutait, mais les études environnementales publiées depuis par la Diren (Direction Régionale de l'Environnement) le confirment: la qualité des eaux de rivière et des nappes phréatiques de notre région laisse à désirer. Certes, on entend parler des pollutions aigues "occasionnelles" (enfin, pas si rares que ça malheureusement) comme celle qui a  frappé l'Arc récemment ou encore la contamination lourde du Rhône au PCB qui a transformé le moindre grain de riz camarguais en arme de destruction massive. Mais les eaux provençales sont avant tout soumises à une pollution quotidienne issues des activités économiques, et notamment agricoles. Dans l'étude menée par la Diren sur l'impact des pesticides d'origine agricoles sur les milieux aquatiques, il apparaît que la quasi totalité de nos cours d'eau et de nos nappes est contaminée, à des niveaux plus ou moins importants.

 

En ce qui concerne les eaux "superficielles" (rivières..., ), la contamination aux herbicides est particulièrement prégnant, à tel point qu'aucun des points de mesure de la Diren n'établit le caractère a priori potable des eaux du fait de la systématicité de la pollution, même si, hormis 2 exceptions, l'ensemble des cours reste potabilisable, c'est à dire traitable. De plus, tout aussi inquiétant, la majorité des cours d'eau ont une mauvaise "potentialité biologique", c'est à dire une médiocre capacité à permettre la vie et la biodiversité. Bref, nos rivières provençales connaissent une altération prononcée de la qualité de leur eau. (l'étude ici)

 

Quant aux nappes phréatiques, elles ne sont pas toujours mieux loties, la Diren établissant également la régularité de la contamination par les harbicides d'origine agricole. 1/3 des points de mesure enregistrent une qualité d'eau non potable,. Sur les 2/3 restants, moins de la moitié (45%) révèlent une qualité optimale d'eau potable, la majorité d'entre eux établissent une qualité d'eau acceptable, c'est à dire globalement bonne mais pouvant être "contaminées temporairement mais à de fortes valeurs". (l'étude ici, avec le détail site par site).

 

Bref, l'impact des activités agricoles sur le milieu reste négative malgré la généralisation des discours sur l'agriculture raisonnée. Il reste nombre d'efforts à faire en terme d'encadrement de l'usage des pesticides et de maîtrise de l'impact des acitivtés agricoles sur notre environnement.

Publié dans Dossiers locaux

Commenter cet article